Skip to content

Les établissements médico-sociaux

➢ EHPAD (Établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes)
➢ ESAT (Etablissement et service d'aide par le travail)
➢ IME (Institut médico-éducatif) et autres

Le contexte réglementaire

Depuis le passage de la loi AGEC sur le tri obligatoire des biodéchets, les établissements médico-sociaux se doivent de gérer les biodéchets produits par leur restauration collective. Cependant, cette gestion représente souvent une contrainte organisationnelle.

Le composteur-fontaine est une solution permettant une gestion durable de ces déchets organiques en l’intégrant dans le fonctionnement des établissements.

Depuis le 1er janvier 2024, conformément au droit européen et à la loi anti-gaspillage pour une économie circulaire (AGEC) votée en 2020, le tri à la source des biodéchets est généralisé et concerne tous les professionnels et les particuliers. Cette mesure constitue l’un des moyens les plus efficaces pour réduire les émissions de gaz à effet de serre issues du secteur des déchets.

Cette prise de conscience écologique s’est accrue ces dernières années, notamment avec la publication de rapports alarmants sur l’état de la planète, comme le rapport de 2018 du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) qui alertait sur le risque d’un réchauffement climatique supérieur à 1,5°C.

Depuis, les entreprises et administrations s’engagent de plus en plus dans des démarches RSE en adoptant des pratiques plus durables et en intégrant des considérations environnementales dans leurs stratégies.
Les citoyens ont également un rôle à jouer, via l’adoption de modes de vie plus durables.

En somme, une mobilisation générale est nécessaire pour réussir la transition écologique et limiter le réchauffement de la planète.

Une gestion locale des biodéchets

Le composteur-fontaine permet de réintroduire le cycle de la matière organique sur site.

Simple d’utilisation, il est capable de gérer tout type de biodéchets, déchets carnés compris.

Les différents modèles permettent de traiter entre 12 et 50 kg de biodéchets par jour (50 kg de biodéchets équivaut aux restes de près de 600 repas).

Le composteur-fontaine constitue une alternative à la collecte. Il permet de réduire les charges liées à la gestion des déchets sur le long terme au vu des augmentations de la TGAP (Taxe générale sur les activités polluantes).

Une charge de travail limitée

L’automatisation du retournement du compost permet un gain de temps conséquent pour les employés du site et met à disposition du compost de qualité pour les espaces verts de l’établissement.

La formation à l’utilisation du composteur-fontaine est accessible à tous, y compris pour une personne en situation de handicap.

Un vrai argument écologique

Le composteur-fontaine est un mobilier d’extérieur qui ne manquera pas d’interpeller les patients et les visiteurs, permettant ainsi de mettre en avant la démarche environnementale de l’établissement. 

C’est également un excellent support pour un projet d’établissement qui crée du lien transverse entre les différents services.

Enfin, par son design esthétique, le composteur-fontaine est un outil de communication interne et externe qui concrétise une politique RSE ambitieuse.

Interviews dans un établissement équipé

Cette interview a été réalisée dans le but d’avoir un retour sur expérience d’un des bénéficiaires du composteur-fontaine.

Etablissement en question : ESAT Les Ateliers Kennedy
285 Rue du Mas de Prunet 34070 Montpellier

Personnel interviewé :
Pierre TURINETTI
Agent de maintenance

« Mon rôle est de m’assurer que la boucle soit bouclée, c’est-à-dire de l’insertion des déchets à leur sortie.

Nous avons un roulement qui fait qu’un coup c’est la cuisine qui amène les biodéchets au composteur : dans ce cas, je dois m’assurer que les travailleurs handicapés ont bien compris la méthodologie.

Et d’un autre coup ce sont les équipes espaces verts qui s’en occupent. J’assure également le suivi de la phase de compostage et son extraction.

En fait, je suis impliqué de la sortie des déchets de la cuisine à l’utilisation finale du compost. »

« Avant le composteur-fontaine, on ne faisait que le tri sélectif, donc on s’arrêtait à ce que proposait la métropole de Montpellier, c’est-à-dire rien à l’époque en terme de valorisation des biodéchets ».

« La flexibilité de pouvoir traiter les déchets carnés et végétaux en même temps. En proportion raisonnable, on peut mettre absolument ce que l’on veut dans le composteur-fontaine sans avoir trop de restriction en termes d’utilisation.

On est sur un produit qui est simple d’utilisation, assez souple, ce qui est vraiment bien pour un établissement comme le nôtre.

Pour nos travailleurs, avec juste un petit peu de formation, on a de bons résultats confirmés par les dernières analyses.

On ne peut pas être mécontents quand on voit ce qu’on a en terme de qualité à la sortie du composteur et la simplicité d’utilisation ».

« On a la première version du composteur, qui ne bénéficie pas des évolutions intégrées dans les versions ultérieures.

La principale difficulté avec notre composteur (que nous allons résoudre prochainement avec l’ajout d’une vis sans fin sur manivelle) est l’introduction des biodéchets qui est bien plus compliqué que sur les nouvelles versions toutes équipées de vis sans fin manuelles ou motorisées ».

« Le fonctionnement du composteur-fontaine est facilement compréhensible par une population en situation de handicap, ce qui rend les choses beaucoup plus simples pour les éducateurs qui gèrent les équipes.

Donc on a un traitement des déchets qui est vraiment facilité, on peut retraiter sur site tous types de biodéchets.

Par ailleurs, étant donné que les établissements médico-sociaux sont appelés à devenir des tiers-lieux, proposer une solution pour les biodéchets est intéressant. » 

« Difficile à dire, on ne nous en parle pas directement. Une chose est sure, c’est que l’objet interpelle! Quand on a des visites, les gens demandent systématiquement ce que c’est. On leur explique, ils voient que ça fonctionne.

Le composteur était monté avant le passage de la loi sur le tri obligatoire des biodéchets et un certain nombre de personne ont salué la démarche écologique. »

Personnel interviewé :
Amélie CHOVELON
Éducatrice des espaces verts

« En tant qu’éducatrice, je n’ai pas vraiment de rôle dans la gestion des biodéchets de l’établissement, c’est plus un rôle de sensibilisation. Vu mon lien avec les espaces verts ici, j’effectue un peu une veille de fonctionnement au niveau du compostage. »

« Avant l’installation du composteur fontaine, l’établissement avait mis en place un compost sous la forme d’un bac simple qui a dû être déplacé pour nuisances. On s’en servait pour des interventions pédagogiques sur le compostage, le rapport carbone/azote. Le tas a d’ailleurs été conservé. On y met surtout les déchets verts et le surplus qui ne peut pas aller dans le composteur fontaine. »

« Depuis sa mise en place, notre expérience avec le compost a été radicalement transformée. La plus grande révolution pour nous a été de ne plus avoir à retourner le compost manuellement. Notre composteur fait désormais tout le travail de brassage, d’aération et d’humidification de manière autonome.  

En plus de cette facilité d’utilisation, la proximité du composteur a également joué un rôle essentiel. Sa disposition à un endroit accessible et visible a attiré un plus grand nombre de personnes. La présence officielle et visuelle du composteur a suscité l’intérêt des usagers, les incitant à participer davantage à la gestion des déchets organiques. 

Quant au compost lui-même, il est devenu plus agréable à manipuler. Même s’il reste encore un peu dense, sa texture s’est améliorée grâce à un processus de compostage plus efficace et homogène. »

« Le composteur-fontaine offre une manière efficace de gérer les déchets organiques en automatisant le processus de compostage, ce qui permet de réduire considérablement l’effort humain nécessaire. 

Du point de vue esthétique, le composteur-fontaine ajoute une touche poétique à l’environnement. Son design rappelant un moulin à eau à l’ancienne peut être à la fois fonctionnel et visuellement attrayant, ce qui en fait un point d’intérêt dans les espaces verts ou les jardins. 

De plus, son caractère non odorant est un véritable avantage. »

« Selon moi, bien que la solution proposée par Compost Motion présente de nombreux avantages, elle peut également comporter certaines contraintes ou limites, notamment en raison de sa nature de prototype. » 

« En tant qu’outil pédagogique, le composteur-fontaine offre une opportunité précieuse d’éducation environnementale. Il permet d’impliquer activement les résidents, le personnel et même les visiteurs dans le processus de compostage, en leur montrant concrètement comment leurs actions individuelles contribuent à la préservation de l’environnement. »

« Oui, le composteur-fontaine contribue indéniablement à améliorer l’image de notre établissement. En plus des bâtiments à Haute Qualité Environnementale (HQE) que nous avons déjà mis en avant lors de nos Journées Portes Ouvertes, le composteur-fontaine ajoute une dimension supplémentaire à notre engagement en faveur de la durabilité environnementale. »

« Non, à ma connaissance, le composteur-fontaine n’a pas entraîné d’économies directes pour notre établissement jusqu’à présent. »

« Non, je pense quon aurait opté pour un composteur bac. »

Ils l'ont fait !

ESAT des Ateliers Kennedy à Montpellier

Cet ESAT (Etablissement Spécial d’Aide par le Travail) accueille plus de 100 travailleurs en situation de handicap avec l’objectif de réduire l’écart avec le milieu ordinaire de travail tout en protégeant les travailleurs. Situé dans un espace verdoyant, ce complexe héberge la cuisine de la Bulle Bleue qui prépare les 300 repas journaliers des bénéficiaires, du personnel éducateurs et des étudiants de l’IRTS (Institut Régional du Travail Social). De nombreuses variétés de fruits et légumes sont cultivées sur place, dans le potager du site. Cela permet de fournir des légumes frais de saison aux travailleurs et au personnel du site. L’aire de compostage gère tous les biodéchets de la cantine (y compris les restes de viande et de fruits de mer), les biodéchets diffus (marc de café, peaux de banane…) et les déchets verts broyés issus de l’activité de jardinage.   Ce premier composteur-fontaine (CFP-V1) a été installé par Compost Motion en décembre 2021 et inauguré par Fanny Dombre-coste (Maire adjointe de Montpellier) et Henri Lachmann (Ex-Président du groupe Schneider Electric).